top of page
  • Serge F.

Me suis fait tirer la peau du cou moi...

Dernière mise à jour : 29 août 2022


Expression connue aujourd'hui


"Se faire tirer/remonter les bretelles" :


Le nom vient de l'ancien mot allemand 'brittil' qui signifiait 'rêne', à cause de la ressemblance avec cette pièce de harnachement du cheval.

Il existe deux explications à cette expression :

  1. La première viendrait d'une bagarre où, lorsqu'un des protagonistes serait saisi par ses bretelles et un peu secoué, cela aurait des chances de le ramener à la raison. Ce serait donc une manière de le rappeler à l'ordre et de le calmer.

  2. La deuxième viendrait de la silhouette élégante que donnent des bretelles en maintenant le pantalon tendu.

Si les bretelles sont mal placées ou mal tendues, la silhouette du mâle porteur perd de son allure, la culotte flottant un peu, trainant sur les pieds.


Si, au sens propre, on remonte les bretelles de celui qui fait ainsi mauvaise impression, on lui rend une allure nette et équilibrée. Ce qui rétablit l'ordre.


"Attraper par la peau du cou"


Attraper quelqu'un énergiquement, sans ménagement, afin de le raisonner, de le contraindre à faire quelque chose ou de le punir.


 

Mutation observée de l'expression


"se faire tirer la peau du cou...”


“… Et moi du coup, je me suis fait tirer la peau du cou …”

Entendu à Bruxelles en juin 2018

P.P. Manager équipe. Discussion coin café



Tentative d'interprétation


L'expression est à la mesure de la gravité des faits. Philippe P, en tant que manager, a certainement frisé la faute grave pour transformer l'expression à ce point. Ca a du faire mal quand même, mais sans doute qu'il s'en souviendra !


Ce qui soulève une question intéressante quant aux sanctions efficaces ou pas, mais c'est un autre débat...

12 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page